PROCESSUS SOCIOÉCONOMIQUES DU HANDICAP

Études sur les processus sociaux et économiques du handicap et des vulnérabilités

Nous réalisons des études afin de favoriser l'autonomie, le développement de projets et l'innovation sociale.

Ce que nous faisons :

Nous réalisons des études sur les processus sociaux et économiques du handicap afin de favoriser l'inclusion, de prévenir la désinsertion professionnelle et favoriser le maintien en emploi (MEE).

Notre démarche :

Apporter des solutions aux enjeux de l'inclusion et de l'insertion professionnelle nécessite de réaliser des études de terrains et des audits. Notre structure s'inscrit dans une démarche de recherche fondamentale en sciences humaines et sociales, et d'ingénierie sociale.

Nos méthodes :

Les études des terrains, les analyses statistiques et sociodémographiques, ainsi que le recueil des voix permettent d'identifier des freins et des facteurs sur lesquels il est nécessaire d'agir afin d'élaborer des solutions innovantes et adaptées.

Audit et Analyse - emploi et handicap

Mesure des habitudes de vie

Afin de réaliser une étude dans le domaine de l'inclusion que ce soit l'habitat inclusif ou l'emploi accompagné, nous utilisons la mesure des habitudes de vie (MHAVIE). C'est un outil développé au Canada et par le Réseau international sur le processus de production du handicap (RIPPH) qui permet d’évaluer plusieurs aspects reliés à la participation sociale des personnes ayant des incapacités.

Cet outil permet de documenter le niveau de réalisation des habitudes de vie, lesquelles se définissent comme les activités courantes ou les rôles sociaux valorisés par la personne elle-même, ou encore son contexte socioculturel.

La MHAVIE comprend douze habitudes de vie, lesquelles sont regroupées à l’intérieur de deux catégories : activités courantes et rôles sociaux. Elle tient compte des aspects moteur, sensoriel, langagier, psychologique, cognitif et comportemental.

Études statistiques

Les études statistiques sont également un point clé de toutes études.

La statistique descriptive et socio-démographique permet de réaliser une photographie des environnements. Selon l'effectif, la population concernée et les besoins, nous pouvons mobiliser la méthode ACP et ACM afin de travailler sur de nombreuses variables.

Mesure de la qualité de l'environnement

La Mesure de la qualité de l’environnement vise à évaluer l’influence des facteurs environnementaux sur la réalisation des activités courantes et des rôles sociaux des individus, tout en tenant compte de leurs capacités et de leurs limites personnelles. Cela permet d’établir un profil de l’influence de l’environnement afin d’identifier si un facteur environnemental est considéré par la personne en tant que facilitateur ou obstacle.

Aussi, les informations recueillies par la MQE peuvent soutenir la réalisation de plans d’intervention individualisés, d’initiatives d’évaluation de programmes, de développement de services, et d’activités de recherche.

La MQE vise toutes personnes, indifféremment de l'âge et des incapacités. Effectivement, bien qu'il y ait l’existence d’une grande diversité de milieux de vie dans lesquels les personnes ayant ou non des incapacités se développent et évoluent, il est possible d’y retrouver les mêmes facteurs sociaux et facteurs physiques à l’œuvre.

Démarche participative

Nos études sont menées en collaboration avec les acteurs de terrain,et nous plaçons la parole des acteurs au coeur des projets. Il s'agit qu' un maximum de personnes concernées deviennent les acteurs d’un processus de changement

Favoriser l'intégration professionnelle des personnes avec incapacité

Prévenir la désinsertion professionnelle

Handicap au travail

La loi n° 2005-102 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a défini ainsi la notion de handicap dans son article 114 :

Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant.

La notion de handicap au travail peut donc être définie comme :

toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie professionnelle subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant.

L'individu et le milieu

La Haute autorité de santé (HAS), précise que la notion de handicap au travail ne peut pas être réduite aux caractéristiques individuelles du travailleur concerné par une difficulté de santé. Elle doit nécessairement intégrer les caractéristiques de son environnement. 

Le handicap est d’abord une question de situation, plutôt qu’une question d’individu.

Il s'agit de quitter le paradigme biomédical classique pour adopter un nouveau paradigme de prévention.Aussi, il est nécessaire de réaliser un diagnostic de la situation de handicap au travail.

Taux d'emploi et incapacités

Le taux d’intégration en emploi demeure faible pour les personnes en situation de handicap. Le taux de chômage des personnes concernées est de 18 %, soit près du double de l’ensemble de la population, et le taux de chômage est prépondérant chez les personnes de plus de 50 ans.

Il y a plus de 200 000 personnes aveugles et malvoyantes profondes en France, et plus de 900 000 malvoyantes moyens. L’Organisme Mondial de la Santé (OMS) estime en 2018 à 36 millions le nombre de personnes aveugles dans le monde et 80% de l’ensemble des déficiences visuelles sont évitables ou curables. Selon une étude réalisée par le laboratoire d’Économie de l’Université d’Orléans, à la demande de la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France (FAF), 50% des personnes en France avec des incapacités visuelles sont au chômage.

À ce jour, les données statistiques sur l'emploi et le handicap restent faibles, d'autant plus les études de terrains qui sont marginales, en particulier en ce qui concerne les personnes avec un trouble du spectre autistique.

Si le taux de chômage des personnes avec handicap est important, il ne faut y voir qu’une corrélation, au risque de pécher par pétition de principe. En France, de nombreux facteurs et faits constitutifs du milieu des personnes avec un handicap, tel un autisme, ont participé et participent à une mise à l’écart de la cité.

Diagnostic de la situation de handicap au travail

Le DSHT permet de dépasser la conception habituelle du diagnostic en médecine qui réduit l’analyse aux caractéristiques individuelles d’un patient, pour intégrer les caractéristiques de son environnement.

Toute situation de handicap au travail nécessite d’être analysée dans une perspective personne-environnement.

Cette approche nécessite d’identifier l’ensemble des facteurs personnels du travailleur et des facteurs de son environnement qui entraînent une limitation d’activité ou une restriction de participation à la vie professionnelle.

Partager nos activités